Affaire des banderoles sur la maison de Dupond-Moretti : Core in Fronte dénonce les "mécanismes répressifs" de l'État à Centuri
Michel refait le monde

Affaire des banderoles sur la maison de Dupond-Moretti : Core in Fronte dénonce les “mécanismes répressifs” de l’État à Centuri

Par Michel-tanner , le 5 février 2024 , mis à jour le 5 février 2024 — Politique - 2 minutes de lecture

La contestation de Core In Fronte face à l’action de l’État à Centuri

À l’approche de la visite prévue du ministre de l’Intérieur en Corse, le mouvement politique Core In Fronte monte au créneau, mettant en lumière son inquiétude vis-à-vis du traitement par l’État du processus d’autonomie actuellement en discussion. Le parti met en évidence ce qu’il perçoit comme une tactique oppressante du gouvernement français, qui serait, selon eux, en contradiction avec les principes démocratiques et l’intention clairement exprimée dans le vote du 5 juillet 2023.

Position ferme sur l’autonomie corse

Dans leur déclaration, Core In Fronte affirme :

Core In Fronte plaide pour une stricte observance de la délibération du 5 juillet 2023 par l’État, où une majorité significative de l’Assemblée de Corse a manifesté son appui pour un statut d’autonomie. Le mouvement critique la notion d’unanimité absolue prônée par le président Emmanuel Macron, la jugeant non représentative d’une véritable démocratie.

L’appel de Core In Fronte

Le parti exhorte l’ensemble des acteurs politiques, y compris le gouvernement central, les représentants corses et les partis politiques, à se pencher sérieusement sur ces questions cruciales afin de parvenir à une résolution complète et constructive qui respecterait l’aspiration à l’autonomie de la Corse.

L’intrigue autour de la résidence présumée de Dupond-Moretti

Indoor setting with dim lighting, showing multiple documents and legal paraphernalia

Une investigation a été déclenchée en réaction à des actes présumés d’intrusion et de vandalisme sévères, rapporte Jean-Philippe Navarre, le procureur de Bastia. Bien que l’identité du propriétaire concerné n’ait pas été confirmée officiellement, le Garde des Sceaux Dupond-Moretti a précédemment mentionné posséder une propriété en Corse dans sa déclaration à la Haute autorité de la transparence de la vie publique, sans toutefois divulguer son emplacement exact.
Curieusement, ce geste de protestation de Core In Fronte se produit peu de temps avant une visite planifiée de Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, destinée à faire un bilan des négociations en cours portant sur un éventuel statut d’autonomie de l’île.

Michel-tanner