Michel refait le monde

Scandale alimentaire : Ségolène Royal déclenche la colère du Premier ministre espagnol avec ses critiques sur leurs tomates

Par Michel-tanner , le 2 février 2024 , mis à jour le 2 février 2024 - 3 minutes de lecture

Polémique sur la qualité des tomates bio espagnoles

Critiques cinglantes de Ségolène Royal

Lors d’une intervention sur la chaîne BFMTV, Ségolène Royal, ex-candidate présidentielle et ex-ministre française de l’Environnement, a porté un jugement sévère sur les tomates bio provenant d’Espagne, les qualifiant d’« inédibles ». Elle a accusé ces produits de ne pas se conformer aux exigences sanitaires en vigueur en France, remettant en question l’authenticité du label bio des fruits et légumes espagnols.

Réactions vives en Espagne

  • La réaction de Madrid ne s’est pas fait attendre. La classe politique espagnole a exprimé son indignation devant de telles affirmations qu’elle juge infondées. Ecovalia, l’association espagnole pour la production biologique, a rappelé l’uniformité des réglementations européennes en matière de culture biologique.
  • La ministre espagnole de la Transition écologique, Teresa Ribera, a qualifié les commentaires de Ségolène Royal d’« inopportuns », rappelant son passé de responsable gouvernementale.
  • Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, s’est lui-même exprimé sur le sujet, invitant indirectement Royal à découvrir la superiorité des tomates espagnoles.

La “guerre de la tomate”

Les déclarations de Royal ont ranimé la tension issue de la controverse que les médias espagnols appellent la “guerre de la tomate”, provenant des griefs des agriculteurs français. Ils accusent l’Espagne de saturer le marché français avec des produits bon marché, cultivés avec l’utilisation intensive de produits phytosanitaires.

Ripostes et préoccupations sécuritaires

Des attaques contre des camions de transport espagnols ont eu lieu lors des manifestations agricoles en France, suscitant l’alerte de la CETM, principale organisation de transport espagnole, qui dénonce un climat de peur parmi les chauffeurs routiers ainsi que l’inaction des forces de l’ordre françaises.

Dialogue franco-espagnol et respect des normes européennes

Face à ces événements, Pedro Sánchez a affirmé avoir soulevé la question lors d’échanges avec le président français Emmanuel Macron. Sánchez a défendu le caractère pacifique des manifestations tout en condamnant la violence. Il a souligné l’absence d’avantages compétitifs injustifiés pour les produits espagnols, rappelant que les normes environnementales sont communes à tous les États membres de l’UE.

Le secteur agricole espagnol en difficulté

Bien que l’Espagne soit considérée comme le “potager de l’Europe” et soit leader dans l’exportation de fruits et légumes, son secteur agricole est confronté à des difficultés, notamment dues à une sécheresse persistante depuis trois ans, et à une bureaucratie jugée écrasante par les syndicats agricoles espagnols.

Ainsi, même si la tension reste palpable, l’ensemble des acteurs appelle à un examen éclairé et juste des pratiques agricoles, dans le respect des réglementations européennes et dans l’intérêt des agriculteurs des deux côtés des Pyrénées.

Michel-tanner