tempete norvege
Michel refait le monde

Tempête Ingunn : la Norvège en alerte rouge, des rafales de vent jusqu’à 250 km/h

Par Michel-tanner , le 1 février 2024 , mis à jour le 1 février 2024 - 3 minutes de lecture

Aléa météorologique majeur en Norvège avec la déferlante Ingunn

Préparatifs face à l’imminence de la tempête

La Norvège se mobilise en réaction au phénomène Ingunn qui, après avoir frôlé la Grande-Bretagne par le nord, menace désormais de balayer ce 31 janvier au crépuscule le pays avec des vents potentiellement dévastateurs. Les services météorologiques locaux, après avoir baptisé la perturbation, s’activent face à la situation qui pourrait rapidement dégénérer.

Une alerte généralisée

Une vaste étendue de la côte ouest norvégienne est déjà passée en alerte maximale, la fameuse alerte rouge, tandis que les autres zones oscillent entre l’alerte orange et l’alerte jaune. D’après l’analyse de l’institut météorologique national, on s’attend dès 19 h à une recrudescence du danger, avec des bourrasques soufflant au-delà des 120 km/h, pouvant atteindre jusqu’à 180 km/h dans certaines localités, et menant à une situation d’ouragan côtier.

Les prémices des perturbations

Le nord de l’Écosse a déjà été le théâtre de vents impétueux ce matin, engendrant un état d’alerte jaune instauré par les météorologistes britanniques. Le Met Office britannique n’a pas manqué de souligner la sévérité de l’événement climatique qui frappe la Norvège, en mettant en avant les risques imminents d’ouragan et d’avalanches.

La hausse de fréquence et d’intensité des tempêtes

Les questions se posent quant à un possible lien entre ces phénomènes météorologiques extrêmes et le dérèglement climatique qui pourrait en intensifier la fréquence et la force.

Un avant-goût des dégâts envisageables

Les îles Féroé ont été les témoins de rafales de vent surpassant les 190 km/h, et une station météorologique a même enregistré un pic fulgurant à 250 km/h. Bien que la Norvège n’ait pas encore été frappée de plein fouet, les dommages commencent déjà à se manifester le long de ses côtes, avec des structures endommagées et l’introduction de mesures restrictives sur les voies de circulation, et ce, en l’absence de victimes jusqu’.

Conclusion: Prudence et anticipation

Alors que la tempête Ingunn n’a pas encore atteint son paroxysme sur la Norvège, les habitants sont sur le qui-vive et les autorités mettent en œuvre des stratégies préventives pour réduire autant que possible l’impact de cette catastrophe naturelle sur les populations et les infrastructures.

Michel-tanner