Michel refait le monde

Publicis et Opiacés : L’entreprise condamnée à payer une lourde amende pour sa participation dans la crise des opiacés

Par Michel-tanner , le 2 février 2024 , mis à jour le 2 février 2024 - 2 minutes de lecture

Sanction financière pour Publicis suite à la crise des opiacés

Le conglomérat de la communication Publicis, par le biais de sa branche Publicis Health, a accepté de verser 350 millions de dollars pour clore les litiges relatifs à son implication dans la dramatique épidémie d’opiacés aux États-Unis. L’annonce en a été faite par la procureure de l’État de New York. Cette somme représente une issue à la première instance où une agence publicitaire est tenue pour responsable dans cet enjeu de santé publique ayant entraîné de nombreuses pertes humaines à compter de 1999.

Répartition de l’amende : une répartition nationale

D’après les documents judiciaires observés par l’AFP, l’amende sera distribuée à travers tous les États américains ainsi qu’à divers territoires, avec un montant considérable de 34 millions de dollars alloué à la Californie. Cette pénalité découle de l’assistance fournie par Publicis aux fabricants d’opiacés, notamment Purdue Pharma, pour favoriser une prescription excessive de ces substances addictives et risquées, intensifiant ainsi le fléau des opiacés à l’échelle nationale.

Position de Publicis Health : un arrangement sans aveu de culpabilité

Bien qu’un paiement net de 148 millions d’euros soit établi par l’accord, Publicis Health a précisé, dans une déclaration, que cette transaction clôturait des négociations de trois ans et n’impliquait aucune reconnaissance de culpabilité ou de responsabilité de sa part. L’entreprise met en avant l’intervention de Rosetta, une agence qu’elle a acquise en 2011 et qui a cessé ses activités il y a une décennie, pour les opérations concernées par cet arrangement. Publicis Health reste prête à se défendre contre d’éventuelles actions judiciaires futures non couvertes par cet accord.

Selon eux, les prestations fournies étaient alignées avec la législation en vigueur. En contraste, les statistiques des CDC indiquent que les overdoses liées aux opiacés, prescrits ou obtenus illégalement, ont fait plus de 700 000 victimes entre 1999 et 2022.

Impact de l’accord sur les parties concernées :

  • Publicis Health : un accord sans admission de responsabilité
  • Fabricants d’opiacés : un rôle dans l’augmentation des prescriptions mises en lumière
  • Victimes des opiacés : une crise sanitaire avec plus de 700 000 morts
  • États-Unis : répartition équitable de l’amende entre les États et territoires
Michel-tanner
Partager le contenu de Michel :